Un trouble psychomoteur a été mis en évidence par le bilan psychomoteur ou par un autre spécialiste ? La psychomotricité est alors indiquée ! Elle aide votre enfant à ré-harmoniser son équilibre psychomoteur face à une difficulté motrice, émotionnelle, intellectuelle ou comportementale qui vient perturber celui-ci.

Suivi psychomoteur individuel

Les enfants sont programmés pour se développer. C’est inscrit dans leurs gènes. Ils font sans cesse des expériences et des activités qui leur permettent de se construire. Ils sont stimulés par leur environnement et leur entourage. Mais le développement psychomoteur reste un processus complexe au cours duquel diverses difficultés peuvent apparaitre.

Un suivi psychomoteur pour votre bébé

Dès la naissance, votre tout petit vit son corps à travers les sensations et les mouvements. Ceux-ci s’organisent progressivement. Votre bébé apprend à relier les différents états émotionnels qui le traversent à ses expériences sensorielles et motrices. Il apprend comment fonctionne son corps et découvre les propriétés de son environnement, des objets qui l’entourent. Il construit des relations avec autrui et exprime de plus en plus d’indépendance et d’autonomie. Sa personnalité se développe. Quels énormes changements de la naissance à 3 ans !!!

La psychomotricité offre à votre bébé un lieu d’expériences sécurisant et stimulant. Dans cet espace, je lui propose les expériences motrices et sensorielles qu’il a besoin de vivre pour se développer harmonieusement.

  • Votre bébé éprouve-t-il des difficultés à trouver les stratégies motrices pour évoluer d’une position à l’autre ou d’un mode de déplacement à l’autre ? Vous donne-t-il l’impression d’être « bloqué » dans son développement moteur ?
  • Votre bébé vous paraît-il trop mou (hypotonique) ? Trop raide (hypertonique) ? Vous avez le sentiment qu’il ne peut pas réaliser toutes les explorations dont il a besoin avec aisance ?
  • Les séparations sont-elles vécues difficilement ? Pleure-t-il beaucoup en votre absence ?
  • Bouge-t-il trop ? Ou trop peu ?

Dans toutes ces situations, la psychomotricité peut aider votre enfant. N’hésitez pas à consulter pour réaliser un bilan psychomoteur et mettre en place un suivi psychomoteur individuel.

Un suivi psychomoteur pour votre enfant

À partir de 2 ans et demi, l’école devient partie intégrante de la vie des enfants. C’est une étape importante de notre enfance à tous ! 
 
Votre enfant est soumis à rude épreuve car il doit être compétent sur tous les plans ! Il doit maîtriser sa motricité, réguler ses émotions et développer son intelligence. La scolarité exige des enfants de faire de nombreux apprentissages : écouter, s’exprimer, lire, écrire, compter, se situer dans l’espace et le temps, … À côté de ces aptitudes scolaires, les enfants développement également des compétences sociales : créer de nouvelles relations, respecter leurs camarades et les adultes, s’affirmer, respecter les règles de fonctionnement de l’école, … 
 
Certaines difficultés peuvent alors apparaître et fragiliser son équilibre psychomoteur. 
 
Après une mise au point par la réalisation d’un bilan psychomoteur, nombreuses sont les indications pouvant donner lieu à un suivi psychomoteur individuel :
  • Si vous constatez de l’agitation, voire de l’hyperactivité chez votre enfant. Si les instituteurs soulèvent des difficultés d’attention et de concentration.
  • Lorsque votre enfant fait preuve de comportements inadéquats à l’école ou à la maison, envers les adultes ou ses camarades.
  • Si votre enfant a tendance à être inhibé, s’il bouge peu, s’il n’ose pas faire d’expériences motrices ou relationnelles.
  • S’il éprouve des difficultés à se séparer de vous.
  • Si les apprentissages demandés par l’école lui occasionnent des difficultés.
  • Si votre enfant n’a pas suffisamment confiance en lui.
  • Lorsque vous observez de l’anxiété, du stress, voire de la dépression chez votre enfant.
  • Quand votre enfant éprouve des difficultés dans la gestion de ses émotions (colère, frustration, peur, …)
  • Si vous constatez des difficultés dans la communication.
  • Si votre enfant éprouve des difficultés à s’organiser dans le temps et dans l’espace.
  • S’il est « maladroit », s’il n’utilise pas son corps de manière harmonieuse et qu’il est en difficulté pour écrire, faire du sport ou simplement réaliser les gestes du quotidien.
  • Si l'arrivée prochaine d'une petite soeur ou d'un petit frère perturbe votre enfant.